Faction-Caravane à Avatar
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jean-Gwen n'est plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Gwen
Jeune recrune



MessageSujet: Jean-Gwen n'est plus   Mar 14 Avr 2015, 14:01

Les amis, j'ai réalisé qu'il manquait un chapitre essentiel dans ce magnifique Who's who du Gotha du lierre...

Jean-Gwen n'était jamais venu faire ses présentations.

Malheureusement, c'est par la rubrique nécrologique qu'il fera son entrée. Voici l'éloge funèbre à Jean-Gwen :


Ces derniers rêves, le Lierre avait fait bon accueil à cet individu, si difficilement définissable qu'il ignorait lui-même tout de sa propre identité. Il ne savait qu'une chose, c'est qu'il aimait être content.

Et qu'avec un violon entre les pattes, il arrivait parfois à partager cette euphorie qui le dépassait.

Venu de nulle part, multi-incompétent, il avait très vite parasité les bancs du Club des Gentilshommes Opportunistes, où il s'était attribué le titre de Herr Kapelmeister. Baptisé Jean-Gwendolyne de la Michteflûte à l'occasion (Jean-Gwen pour les intimes et les moins intimes aussi), il avait couru la cité en gueulant son amour de la vie, de Néant (dont il avait été officiellement promu "chien" après une dangereuse mission d'infiltration chez les dark-kikou du lotus) et du transit.

Grand stratège devant l'éternel, il avait même proposé une nouvelle technique de combat adaptée au développement de la marine, le "FAITES LE MOOOOORT"

Grâce à ces nombreux actes de bravoure et nobles faits, il avait été promu néo-tavergiste lors du Rêve de la Grande Citronnade. Là encore, il se fit remarquer pour être le premier membre d'équipage de l'Histoire du Rêve à s'être fait jeter par dessus-bord d'un navire en pleine mer. C'est avec tristesse que nous précisons d'ailleurs que sa demande de grande maîtrise en "nage dans le varech" lui a été refusée...

Mais ne parlons pas de tristesse, quand les événements que je me dois de narrer s'annoncent encore plus sombres, pour ceux qui ont connu la douceur et la jovialité de ce petit être fragile et quelque peu timbré.

Jean-Gwen, notre ami, tu as passé le portail de la Corentine, et tu as été sauvé, comme nous tous.
Mais à peine as-tu posé le pied sur ce nouveau monde que tu t'es mis à baver, saliver, secréter, excréter... tant et si bien qu'en un seul jour, tu avais disparu derrière un volumineux cocon visqueux dont nous ne savions que faire.
Bon, au moins il était pratique, la nuit, quand il luisait doucement. C'est juste que les glougloutements dégueulasses qui en sortaient n'étaient pas vraiment de tout repos, pour ceux qui essayaient de dormir...

Après deux nuits de ce régime, alors que déjà des voix s'élevaient pour te re-jeter à la flotte, t'incinérer parce que tu n'avais pas l'air très sain, ou juste te laisser en plan et se barrer vite fait parce qu'avec cette odeur, t'allais finir par attirer des bestioles pas jouasses, on a vu le cocon se craqueler doucement.

Et non, tu n'étais pas de retour parmi nous... on a failli le croire, la chose te ressemblait un peu... enfin... bref...
Et la créature a parlé. Tels furent ses mots :


"À travers le feu et l'eau, du plus profond cachot au plus haut sommet, je combattis le Balrog de Morgoth. Jusqu'à qu'enfin je pus jeter à bas mon ennemi qui alla se briser sur le flanc de la montagne. Les ténèbres m'entourèrent et je m'égarais hors de la pensée et du temps. Les étoiles tournaient au dessus de moi et chaque jour était aussi long qu'une existence sur la terre. Mais ce n'était pas la fin... Je sentis la vie revenir en moi. Je fus renvoyé jusqu'à ce que ma tâche soit accomplie. Jean-Gwen, oui, c'est ainsi que l'on m'appelait. Quel nom de merde. C'était mon nom. Je suis Henri-Gwladys. Et je reviens vers vous en ce moment décisif. Mais vous pouvez m'appeler H.Gwlad"

Certes, on n'a pas tout compris à son charabia. Mais ce que l'on savait, c'est que Jean-Gwen n'était pas tout à fait parti. Quelque part, à travers cette créature qui disait être "un imago du peuple fée, enfin débarrassé de son avatar larvaire" il était encore parmi nous. Et il nous promettait un don qui pourrait (enfin) nous servir à quelque chose...

Mais quelque chose m'inquiète, que je partage dans ce dernier adieu. Nous nous étions habitués à cette lueur de douce folie au fond de ton regard... Mais l'extravagance de ce nouveau-venu... je ne sais pas... Hier soir, je l'ai vu sautiller en rond en chantant "danse! danse joli compagnon!" Je me suis rapproché après son départ, il n'y avait là que les restes d'ossements d'un malheureux qui avait dû s'égarer bien avant notre venue sur ce monde...






Bref, pour ceux qu'ont pas compris. Gentil Jean-Gwen c'est fini, dites bonjour à H.Gwlad, le barde-fée nécromant fêlé du bulbe Very Happy

bisous, paillettes et putréfaction
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Gwen n'est plus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Claude Duvalier retournera-t-il en Haiti ?
» Une interview de Jean Raspail
» Commentaires sur Wyclef Jean
» WOUYYYYYY SENATÈ JEAN HECTOR ANACASSIS DEKLARE L SE YON BANDI YON LWIJANBOJE
» Une bourgeoisie déracinée ! Par Jean Erich René

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Lierre :: A l'ombre du Souk (TI) :: Calames et Messagers-
Sauter vers: